Un mois sans Yana ou la vie est une...

Comme toujours prendre le temps. De digérer cette injuste nouvelle d'une belle âme qui s'en va bien trop tôt. Celle-ci est arrivée comme une grosse goutte d'eau qui fait déborder le vase de ce mois de juillet morose. Yana n'est plus là. Je ne peux ni ne veux y croire lorsque je vois passer sur facebook le post de Flamenco en France dans lequel je reconnais une de mes photos qui indique que c'est un hommage. Comment ? oh non, pas ça, ce n'est pas possible. Et pourtant, c'est avec une immense peine que je réalise ce qui se passe.

Yana Maizel était l'une des personnes les plus bienveillantes que j'ai pu rencontrer dans le monde du flamenco. Nous nous croisions régulièrement depuis une quinzaine d'années dans les vestiaires entre deux stages de baile, à des spectacles et jusqu'en Espagne souvent à Jerez. Nos derniers échanges ont eu lieu à la rentrée 2020 et j'étais à mille lieues de me douter de cette malheureuse issue.

Ce n'est pas anodin si Yana avait baptisé sa compagnie "Errances". Son ingénieux et touchant spectacle "La vie est une gare ou je ne m'appelle pas Carmen", dont est issue la photographie ci-dessus et qui m'avait arraché des larmes, racontait ce nomadisme, parfois subi, parfois choisi, qui l'avait amenée de Saint-Pétersbourg à Toronto, puis en Espagne avant que Yana ne se décide à poser ses valises à Paris. Il mettait aussi en scène ses identités multiples : à la fois russe, canadienne, française, flamenca, danseuse, comédienne, metteur en scène, et aussi une maman. Toutes mes pensées vont à ses amis proches et sa famille.

Repose en paix Yana, tu resteras toujours dans nos coeurs.


Flamenco Culture, le 08/08/2021


© Flamenco-Culture.com 2004-2021. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact